Passion Mexique

Informations Pratiques

VISA et formalités administratives

VISA et formalités administratives : Le Mexique ne demande aucun visa aux touristes Français. Il sera simplement exigé des voyageurs un passeport valide encore au moins 6 mois après la date de retour en France et de préférence un vol de retour. Lors du passage des contrôles d’immigration, il vous sera octroyé un permis touristique pour une période maximum de 6 mois (le FMT, ou Formato Migratorio Turístico). Attention tout de même pour les voyageurs qui voyagent via les États-Unis, on vous exigera en France a l’embarquement un permis de transit ESTA sans lequel vous ne pourrez pas voyager. Cela prend entre 48 et 72 heures et coûte environ 15 dollars payable par carte. Veillez à bien faire le nécessaire sinon votre vol vous sera refusé.

Santé

santé

Aucun vaccin n’est exigé pour l’entrée au Mexique. Veillez quand même à consulter le site de l’Institut Pasteur avant votre départ. Le Mexique possède de très bons docteurs et une médecine à la pointe de la technologie. Malheureusement nous parlons d’une médecine souvent privée et uniquement dans les grandes villes. Ne vous inquiétez pas pour autant, en cas d’urgence nous trouverons toujours une solution. Veillez simplement avant de partir à être bien à jour dans vos assurances santé (accidents, maladies et frais de rapatriement). Certaines cartes de crédit les incluent. Si ce n’est pas le cas, nous pouvons vous inclure une assurance dans votre devis. En cas d’accident, la sécurité sociale remboursera une partie des frais « urgents et imprévus » sur la base d’une avance de votre part. Cf. site Ameli de la sécurité sociale. Chez Passion Mexique, nous restons naturellement joignables par téléphone tout au long de votre voyage. En cas d’imprévus et pourrons vous assister dans vos démarches.

Budget

Bien qu’en général le Mexique soit un pays moins cher que la France, le secteur du tourisme fait un peu figure d’exception surtout dans le Yucatan et la Basse Californie. Le prix des prestations hôtelières et de la restauration sont plus élevées dans ces régions que dans le reste du territoire. En effet ce secteur à tendance à s’aligner sur la capacité de dépense des américains avec leurs dollars.

Un précieux conseil pour juger instantanément les prix qui vous seront proposées (souvenirs, tours, prestations touristiques), prenez le prix annoncé en pesos, divisez-le par 10, et vous obtiendrez une idée de l’équivalence du prix en France. Vous pourrez ainsi juger si un produit est cher ou au contraire plutôt bon marché.

Prenons un exemple : Vous désirez acheter en souvenir une tasse à café : prix annoncé au Mexique 170 pesos (techniquement cela fait 7.99 euros). Mais divisez-le par 10 cela vous donne 17. Achèteriez-vous en France une tasse à café 17 euros ? Ce prix semble un peu cher, car le prix d’une tasse à café en France serait plus dans l’ordre de 10 euros. Vous pouvez alors négocier votre tasse à 100 pesos, ou alors ne l’achetez pas dans cette boutique, vous la trouverez ailleurs un prix moins « touristique ».

Veillez toujours à avoir un peu de liquide d’avance. Il se peut que vous traversiez des sections de campagne qui n’aient ni distributeur de billet ni de terminal de paiement. Pour retirer de l’argent, préférez toujours les distributeurs à l’intérieur les succursales bancaires. Par ailleurs, de nombreux endroits n’acceptent que l’argent en liquide. Rappelez-vous qu’il y a beaucoup d’économie informelle au Mexique. Un manque d’argent en liquide vous sera certainement préjudiciable. Nous conseillons de garder au moins sur vous la somme de 2000 pesos et de payer par carte chaque fois que c’est possible. Vous pourrez dépenser vos billets en trop dans les derniers jours.

En ce qui concerne les prestations hôtelières, chez Passion Mexique nous considérons que le meilleur rapport qualité-prix se trouve entre 50 à 60 euros par chambre et par nuit. Alors on peut certes trouver moins cher mais cette somme nous assure tout de même d’accéder à un standard d’établissement propre et de qualité. Les établissements luxueux étant le plus souvent accessibles à partir d’une centaine d’euros et ça peut monter très vite. En règle générale, nous déconseillons les options à moins de 50 euros pour éviter les mauvaises surprises. Alors bien sûr, il y a des exceptions, et comme partout les prix varient selon les lieux visités. Comprenez bien que nous nous référons là à une moyenne concernant des logements de gamme standard.

Au Mexique on peut bien manger entre 100 et 500 pesos par personne (entre 4 et 20 euros). La moyenne pour un repas bien servit au restaurant se trouverait aux alentours de 8 à 10 euros. Mais souvenez-vous de notre astuce pour jauger les prix. Pour 100 pesos vous aurez ce qu’en France vous obtiendrez en restaurant pour 10 euros. Pour 500 pesos, 50 euros etc… C’est important de connaître les vrais prix. Certains malicieux ont tendance parfois à jouer sur notre naïveté. C’est le jeu nous direz-vous !

En ce qui concerne les diverses activités et tickets d’entrées, une moyenne de 25 euros par jour et par personne suffira à couvrir les entrés dans les lieux dits et monuments. En ce qui concerne les tours spéciaux, ce sera du cas par cas. Encore une fois, il s’agit d’une moyenne car certains jours vous seront plus coûteux que d’autres.

Bagages

Nous vous conseillons de mettre tous vos objets de valeur dans votre bagage en cabine. Ainsi ils ne vous quittent pas. Ne les mettez surtout pas dans vos bagages en soute car certains de nos voyageurs en ont malheureusement déjà fait les frais. Nous conseillons également d’inclure dans votre bagage cabine deux jours de vêtements de rechange en cas de perte de votre bagage par la compagnie aérienne.

Ne pas oublier pour voyager au Mexique :

-Un permis de conduite et un passeport à jour.
-Au moins une carte bancaire de secours et par personne.
-Scannez, Stockez les copies de vos papiers importants sur vos serveurs mails (utile en cas de vol).
-L’impression de votre plan de voyage Passion Mexique avec tous vos numéros de réservations.
-Un téléphone débloqué pour y mettre une carte SIM mexicaine en arrivant.
-Un adaptateur de courant 110v.
-Un bloc externe de batterie (optionnel).
-Un spray anti-moustique.
-Crème solaire de préférence biodégradable.
-Chapeau et lunettes de soleil.
-Masques ou lunettes de plongée, ici ils sont loués à la journée au prix du neuf.
-Des chaussures confortables (bonnes tennis ou autres chaussures de randonnée).
-Un léger pull (beaucoup de climatisation notamment dans les transports collectifs).
-Un pull chaud pour les destinations en haute altitude.
-Kway, parka ou leger vêtement de pluie.

Transports

En général le code de la route au Mexique est à peu près uniforme entre les états et très similaire à notre Code Rousseau. La seule vraie différence c’est qu’il est beaucoup moins respecté. Résumons simplement que les mexicains sont assez peu civils au volant. Il existe tout de même quelques légères divergences entre les états eux-mêmes et avec la France. Notamment sur les priorités à droite et aux stops. Souvenez-vous bien qu’a un feu rouge, vous avez toujours la possibilité de tourner à droite « avec précaution ». Ne vous inquiétez pas si vous l’oubliez, les Mexicains vous le rappellerons à coup de klaxon en moins d’une demie seconde. Au Mexique, il faudra adopter une conduite légèrement plus intuitive, alerte et un peu plus agressive mais on s’y acclimate très vite. En campagne, aucun problème vous ne verrez pas la différence avec la France. Attention cependant à la conduite dans la Ville de Mexico, c’est un autre monde ! À ne conseiller uniquement aux bons conducteurs.

Au Mexique on évite le plus possible de conduire de nuit, les dangers viennent essentiellement des revêtements mal entretenus. Les routes sont juste assez bonnes pour vous mettre en confiance et conduire vite, jusqu’à ce qu’apparaisse « the » nid de poule impensable ! Mieux vaut les voir arriver de jour et de loin. Le réseau routier quant à lui est très bien développé. Pour les trajets de ville en ville, vous aurez souvent le choix d’emprunter la « carretera libre » ou la « cuota ». Comprenez ancienne route gratuite et mal entretenue, ou « cuota », autoroute neuve. A part si vous voulez visiter les petits villages au passage, préférez l’autoroute. Cela vous fera minimiser les risques et gagner du temps. Théoriquement il faut un permis international mais les permis français sont aussi acceptés (autant par les loueurs de voiture que par la police). Nous recommandons de télécharger l’application Google Maps qui permet de télécharger et d’enregistrer en amont toutes les cartes du pays. En chemin, plus besoin de connexion. Notez que cela fonctionne aussi dans les villes pour les visites à pied. Vous n’aurez plus qu’à cliquer sur les destinations, les hôtels et suivre votre GPS. Pour l’essence, comptez moins d’un euro le litre.

Le système de bus au Mexique est également très développé. Il existe des milliers de bus de nuit tous les jours et pour toutes les destinations. C’est de loin le moyen transport principal après la voiture. Les bus sont en bon états, souvent même très luxueux (couchette, écran de télévision, et même internet). Prévoyez un bon pull-over car également très/trop climatisés. Prix moyen : environ 5 euros les 100 km.

En ce qui concerne le transport ferroviaire, au Mexique il est réservé aux marchandises. Deux exceptions demeurent : le train Chepe (Chihuahua-pacifico) entre les villes de Chihuahua et Los Mochis, et le Tequila Express qui vous ramènera en toute sécurité de Tequila à Guadalajara.

Le transport aérien au Mexique fonctionne très bien. Les avions sont récents, sûrs, et les principales villes bien desservies. Depuis une dizaine d’année les prix beaucoup baissé avec notamment l’arrivé du low-cost. A titre de comparaison, les prix au kilomètre sont très similaires aux prix européens.

Sécurité

Malgré les mises en gardes officielles, le Mexique demeure un pays relativement sûr pour les touristes étrangers. Ne nous mentons pas, l’insécurité est bien présente mais également très localisée et ciblée. Les touristes ne sont pas pris pour cible. Au Mexique. Il est bien plus dangereux d’être mexicain que français ou chinois par exemple. De plus, rappelons que c’est est un vaste pays qui ne peux pas être considéré comme une simple région dangereuse. Quelques 50 heures de voitures sont nécessaires pour se rendre de Tijuana à Cancun. Certains états sont sûrs et d’autres moins. Chez Passion Mexique nous sommes en alerte permanente des conditions de sécurité qu’offre les différentes destinations que nous proposons. Nous connaissons également très bien ces zones problématiques et ne vous y enverrons pas.

Vous verrez sur place que les Mexicains sont honnêtes, accueillants, serviables et exceptionnellement généreux. Tellement d’ailleurs qu’à aucun moment vous ne sentirez l’insécurité. Le niveau de service est simplement ahurissant et le tourisme en pleine croissance. N’oublions pas que le Mexique c’est aussi 40 millions de visiteurs étrangers par an. La 6ème puissance touristique mondiale se classant juste aprés l’Italie et surclassant le Royaume-unis. Si ce pays était vraiment si dangereux, pensez-vous que de tels résultats auraient été atteints ? Et qu’en serait-il des 200 000 français qui s’y rendent chaque année ?

Alors bien sûr, comme partout il ne faut pas partir n’importe comment ni n’importe où, et surtout bien respecter tout le monde. Nous vous donnons dans cette section quelques recommandations basiques de sécurité qui d’ailleurs restent applicable dans tous les pays du monde.

-Éviter de sortir seul pendant la nuit et hors des zones touristiques.
-Éviter de rouler en voiture la nuit (dangers mécaniques)
-Éviter les signes ostentatoires de richesse si vous vous trouvez dans les zones inappropriées.
-Préférez par exemple les services VTC quand c’est possible, ou les taxis officiels.
-De préférence utilisez les distributeurs de billets situés à l’intérieur les succursales bancaires (il y en a partout).
-Ne brandissez pas vos liasses de pesos à tout va.
-Évitez les excès en tout genre.
-En cas de problème, dirigez-vous directement vers la police touristique.
-Si vous avez des doutes, contactez-nous.

Éléctricité

Le réseau électrique du Mexique comme pour les USA fonctionne en 110 volts et les prises sont différentes. Si vous oubliez votre adaptateur, vous pourrez en trouver en aéroports. Les appareils électroniques de type ordinateurs, tablettes, téléphones, batteries externes, et appareils photos sont équipés pour passer du 220v au 110v avec un simple adaptateur secteur. Au Mexique, les câbles USB sont les mêmes qu’en France. Vous n’aurez pas de problèmes à utiliser un plot mural de type américain pour votre téléphone. Malheureusement, rien ne servira de d’emporter avec vous votre sèche-cheveux car les tensions de ces appareils sont trop importantes pour n’utiliser qu’un simple adaptateur mural. Il vous faudra un transformateur bien trop encombrant et coûteux. Ne vous inquiétez pas, la majorité de nos hôtels vous fournirons des sèche-cheveux sur demande. Vous trouverez de l’électricité gratuite pratiquement dans tous les lieux publics (hall de gare routière, aéroports, hôtels, transports en commun etc). Pensez à avoir tout le temps votre câble USB sur vous surtout si vous comptez sur votre téléphone pour vous repérer.

Internet

Vous trouverez du wifi gratuit pratiquement partout (aéroports, gares routières, bus de nuit, hôtels, restaurants etc…). En voyage, il est toujours recommandé d’avoir au moins un téléphone fonctionnel avec internet et batterie. N’hésitez pas à vous munir d’un bloc de batterie externe si besoin (ou d’un chargeur allume cigare même si la plupart des voitures de location offrent déjà des prises USB). De plus en plus de restaurants s’équipent de batteries externes pour les prêter à leur client. N’hésitez pas à demander. Pour finir, avoir sur soit un téléphone fonctionnel outre les questions de sécurité évidentes vous aidera à faire vos choix de visites (connaître les prix des activités, les heures d’ouvertures, les avis sur des restaurants etc…).

En arrivant, l’achat d’une carte SIM mexicaine vous évitera des sommes astronomiques de hors forfait sur vos abonnements français. L’achat et le rechargement en crédit de la puce se fait dans les boutiques OXXO (plus de 16 000 boutiques dans tous le Mexique), vous pourrez la recharger en cash tout au long du chemin. Prévoyez environs 5-6 euros de puce, et une vingtaine d’euro de recharge. Attention, Google Maps utilise beaucoup de crédit, n’oubliez pas de télécharger avant sur WIFI les cartes entières des régions visitées. Vous pourrez ainsi naviguer en mode avion et ainsi réserver votre crédit pour les points culturels.

Telephone

Téléphoner au Mexique depuis la France … c’est compliqué ! D’abord penser au « + » ou au « 00 » pour l’international, puis le « 52 » pour le Mexique, puis si c’est un téléphone portable ajouter « 1 », si c’est un fixe « rien », puis l’identifiant de l’état « 55 » par exemple pour la ville de Mexico ou « 999 » pour le Yucatan, et enfin finir par les 6, 7 ou 8 chiffres des numéros mexicains. Un vrai casse tête.

Téléphoner en France depuis le Mexique … c’est plus simple. « + » ou « 00 » pour l’international, puis « 33 » et tapez le numéro de téléphone sans le premier « 0 ».

Contacts utiles:
-Ambassade de France au Mexique : +52 55 9171 9700
-Urgences (police ou santé) : 911
-Assistance technique publique sur la route : les « Angeles Verdes » : 078
-Passion Mexique: +52 1 811 679 6896

Fuseaux horaires

Le Mexique de Cancun à Mexicali s’étale sur 4 fuseaux horaires. Ceux-ci respectent comme en France un changement d’heure le premier dimanche d’avril et le dernier dimanche d’octobre (sauf l’état du Sonora qui lui ne change pas d’heure). En générale, si vous êtes au Mexique vous avex de grandes chances de vous trouver à 7 heures de décalage horaire de Paris

6 heures de décalage horaire avec la France (GMT-5) : Quintana Roo (Cancun, Playa Del Carmen, Tulum, Chetumal).
7 heures de décalage horaire avec la France (GMT-6) : México city, Aguascalientes, Campeche, Chiapas, Coahuila de Zaragoza, Colima, Durango, Guanajuato, Guerrero, Hidalgo, Jalisco, México, Michoacán de Ocampo, Morelos, Nuevo León, Oaxaca, Puebla, Querétaro Arteaga, San Luis Potosí, Tabasco, Tamaulipas, Tlaxcala, Veracruz, Yucatán et Zacatecas.
8 Heures de décalage horaire avec la France (GMT-7) : Basse Californie du Sud, Chihuahua, Nayarit, Sinaloa et Sonora
9 heures de décalage horaire avec la France (GMT-8) : Basse Californie du nord.

Photos

Rien de très spécial question photo à part de bien respecter les personnes qui ne désirent pas être sur vos clichés. Sachez que de nombreux groupes d’indigènes au Mexique considèrent que les photos sont d’un vol de l’âme humaine. Ces photos peuvent même se révéler très blessantes pour certains. C’est aussi une question de politesse, veuillez simplement demander la permission aux gens avant de les prendre en photo. Et s’ils ne le désirent pas, passez votre chemin !

Pourboires

N’hésitez pas à donner des pourboires aux gens qui vous rendent service. C’est quelque chose de très naturel au Mexique. Cela se fait beaucoup et par tout le monde. Vous verrez que même les plus pauvres laissent des pourboires. Plus que des obligations morales ce sont des us et coutumes de remerciement. Laisser peu n’est pas spécialement mal perçu (sauf en restauration). Les quelques pesos qui trainent au fond votre poche ne seront pas offensants. Voici quelques exemples exemple des montants indicatifs de pourboires à laisser: serveurs (10% de l’addition), pompistes 5-10 pesos, voituriers 20-30 pesos, femme de chambre 30-50 pesos, au marché on peut laisser un la monnaie, etc… D’une façon générale, on ne donne que par envie. C’est une récompense pour un travail bien fait et en même temps une motivation pour bien travailler. Si vraiment vous sentez que vous vous faites mal servir, ne pas donner de “propina” suffira largement à exprimer votre mécontentement. Au Mexique pas besoin de s’énerver !

Au restaurant

Les prix sont annoncés sont TTC. Légalement, vous pouvez vous y cantonner. Sachez cependant que les serveurs sont peu ou pas du tout rémunérés. Les pourboires représentent en réalité l’écrasante majorité de leur salaire. Au Mexique, un service normal se chiffrera à environ 10% de l’addition. Ils peuvent être inclus dans le paiement par carte bleu ou laissés en liquide sur la table. Si vraiment vous sentez que le serveur a bien travaillé, n’hésitez pas à le remercier en laissant un pourboire de 15%. A l’inverse si vous considérez que vous avez été vraiment mal servis, ne rien laisser au serveur suffira amplement à exprimera votre mécontentement. Attention, si jamais vous oubliez de laisser les 10% usuels, le serveur le prendra comme l’expression de votre mécontentement sur son travail et pourra vous le signaler.

Nourriture de rue

Au Mexique on mange très bien. 99.9% des restaurants et hôtels sont sains et hygiéniques. Attention tout de même, évitons de manger dans la rue en arrivant les premiers jours (ce que nous ne considérons pas comme de la restauration). Une attention particulière sera à porter sur les fruits et légumes vendus dans la rue ou sur les marchés. Assurez-vous qu’ils soient bien frais et présentés dans des glaçons. Pour les mexicains, aucun risque, pour nous européens, éviterons-les déconvenues. Cependant, les fruits dans les hôtels au petit déjeuné, aucun problème allez-y franchement!

Commerce de rue

Au cours de votre voyage, vous verrez immanquablement de la pauvreté mais la mendicité au Mexique est très mal vue. Souvent les SDF trouvent une petite activité à monnayer. Ils fabriquent quelque chose qu’ils peuvent vendre (même si ce ne sont que des petites statuettes en canette ou feuille de palmier). Ce concept est important pour tout le monde, plus que de la mendicité c’est du commerce ! Au Mexique vous ne faites pas acte de charité, vous remerciez un service spontané avec un pourboire, ou vous achetez un objet à un artisan de rue. Chacun y trouvera sa place. Le commerce au Mexique n’est absolument pas intrusif comme cela peut être le cas dans d’autres pays. Les mexicains ne vous sauteront jamais dessus pour vous vendre leurs produits. Cela rends le shopping reposant et très agréable.

Langues

Il n’existe pas de langue officiellement inscrite dans la constitution mexicaine. À l’heure de la réconciliation entre toutes les populations préhispaniques et espagnoles la constitution à été revue en 1917, et bien que rédigée en espagnol elle n’en impose aucunement l’usage. Le Mexique reconnaît officiellement dans ses frontières 68 langues et 364 dialectes. La langue d’usage est l’espagnol. Elle est parlée par l’écrasante majorité des habitants. La deuxième la plus parlée est préhispanique. C’est le Nahuatl et est utilisée par plus d’un million de mexicains. Vous vous rendrez vite compte en vous éloignant des routes touristiques qu’aujourd’hui encore beaucoup de Mexicains dans les campagnes reculées ne parlent pas espagnol.

Religions

La religion catholique est de loin la plus répandue avec ses 95% de pratiquants. Il s’est produit pendant l’histoire de la colonisation des phénomènes de mélanges religieux tout à fait passionnants. Ainsi, beaucoup de Saints sont propres au Mexique. Connaissez-vous par exemple la Vierge de Guadalupe, la Sainte patronne du Mexique ? Elle est apparue sur la tunique d’un autochtone à l’arrivée des espagnols. Aujourd’hui, elle est leur Vierge Marie. De même au sud, les symboles, les cultes, les traditions et les églises se sont métissées avec d’anciennes croyances préhispaniques. Beaucoup de rituels sont restés, et se sont peu à peu intégrés à la pratique du catholicisme. Le chamanisme par exemple. La consommation de cactus et autres substances hallucinogènes à des fins spirituelles au Mexique n’est absolument pas incompatible avec les préceptes de la religion catholique. Ni les purifications de l’âme grâce aux temazcales. La médecine chamanique est toujours très pratiquée. Et que dire de la fête des morts, cette nuit très spéciale pendant laquelle les mexicains communiquent avec leurs défunts. Beaucoup de coutumes ancestrales se sont aujourd’hui intégrées au calendrier grégorien. Soyez sûr que chaque village à son prêtre et son guérisseur. Parfois, ce sont la même personne. Ces deux vocations bien plus qu’on ne le croit garantissent la stabilité des campagnes mexicaines.

Sargasses

Les sargasses sont des algues poussant dans les fonds marins des caraïbes. Lors des tempêtes, elles se décrochent et viennent s’échouer sur la plage. Rien ne peut les arrêter. C’est naturel mais ça recouvre le sable blanc, ça fait tourner l’eau turquoise au vert, et après quelques semaines sur les plages ça empeste. Imaginez-bien qu’aucune agence ni hôtel ne vous préviendra si elles sont arrivées. Auparavant extrêmement rare, réchauffement climatique oblige ce phénomène s’est largement accentué dans toute la région caraïbe depuis 2015. Les sargasses dépendent des coups de vent et restent en général quelques semaines voir quelques mois avant de se désagréger. La plupart de l’année il n’y en a pas, mais quand elles apparaissent c’est juste pas de chance ! Ceci étant, la plupart des hôtels emploient des jardiniers pour les ratisser en permanence. Deux solutions pour ne pas les voir, payer un hotel très cher qui les ratissera tout les matins avec un tracteur, ou partir sur la côte pacifique.